Chargement en cours…

Un bijou pour la gastronomie du Nouveau-Brunswick

Quand nous nous sommes rendues à la Ferme du Diamant nous avons d’abord commencé par nous égarer et à tourner un long moment dans le voisinage. On est au Nouveau-Brunswick, à 30 minutes de Moncton, mais Google Map était un peu perdu, et nous aussi, du coup ! Heureusement, un bon vieux coup de fil à Adrien nous a remises dans la bonne direction. Vous rappelez-vous notre enthousiasme pour les fromages de la Ferme de l’Isle Saint-Jean ??? Un pur bonheur fabriqué sur l’Ile du Prince Edouard ! … Aaaahhh … Vous l’avez compris, à l’Heure de l’Est.org, on aime les produits du terroir, alors la gastronomie du Nouveau-Brunswick ça nous intéresse !

Des Saint-Pierrais plein d’idées

Aller à la Ferme du Diamant c’est aussi le plaisir de retrouver un Saint-Pierrais, installé au Canada Atlantique depuis 2005, Adrien Dugué. Quand on connait l’histoire de la famille Dugué on n’est pas étonné de le retrouver ici, en pleine campagne néo-brunswickoise. A Saint-Pierre et Miquelon, les Dugué étaient des fermiers installés au Diamant (dans le sud-ouest de l’île de Saint-Pierre) et c’est tout naturellement qu’Adrien, qui avait envie de “changer de vie” s’est tourné vers une activité de production fermière dans laquelle il avait baigné toute son enfance (oui, c’est ça, comme Asterix, il est tombé dedans quand il était tout petit !).

En 2005, c’est donc 3 familles qui ont quitté l’archipel français de la région Atlantique pour venir s’installer à moins d’une heure de Moncton.

Une production fermière innovante: un atout de plus pour la gastronomie du Nouveau-Brunswick

Dans leurs bagages, beaucoup d’enthousiasme et des recettes du terroir français. Les trois amis, Adrien, Jean-Marc et Jean-Louis, commencent par élever des canards gras et c’est ainsi que nait la première exploitation du Nouveau-Brunswick spécialisée dans une gastronomie que l’on trouve plutôt à Bergerac qu’à Shédiac.

Le confit de canard … connaissez-vous quelque chose de meilleur au monde que du confit de canard servi avec des petites pommes de terre sautées dans la graisse d’oie ??? …  c’est facile à promouvoir et à faire aimer.

Le foie gras… C’est moins évident. Les Français en sont très friands mais les Canadiens, connaissant forcément moins bien cette spécialité périgourdine, se sont d’abord montrés sceptiques. Pourtant, au risque de me répéter, connaissez-vous quelque chose de meilleur au monde qu’une tranche de foie gras sur une petite tranche de pain toastée juste ce qu’il faut ??? Il a fallu l’expliquer, le faire goûter et le faire apprécier. Heureusement, qu’on soit de Cap Pelé ou de Dordogne, quand un produit est bon, les gens finissent pas l’adopter.

12 ans plus tard ! Ta-dam ! Mission accomplie ! les produits issus du canard représentent maintenant un tiers des ventes de la Ferme du Diamant.

Pour optimiser la production les canards sont maintenant élevés au Quebec. Adrien, désormais seul à la barre, travaille les magrets, les confits et les foies gras qui lui arrivent frais.

Et mon dieu qu’il est occupé c’t’homme là ! Jugez vous-mêmes :  en plus des produits cités plus hauts, il a une gamme de

  • Quinze (15 !!!) sortes de pâtés, rillettes et terrines,
  • des jambons blancs,
  • des jambons fumés,
  • des jambons secs,
  • des confits de poulet et d’agneau,
  • des saucisses de toutes sortes,
  • et j’ai gardé mon préféré pour la fin : plusieurs saucissons secs … ah !…. CELESTES ! je recommande PARTICULIEREMENT le saucisson de canard.

En tout près de 50 produits différents qui sortent à l’année longue du labo d’Adrien.

Du producteur au consommateur

Et quand tout ça est prêt, Adrien prend son bâton de pèlerin (ou son “Bâton de Berger” si vous voulez… ), son camion, et hop, en route pour les marchés fermiers du Nouveau-Brunswick : Fredericton, Dieppe et Moncton …. C’est simple, il ne s’arrête jamais.

Je ne peux m’empêcher d’admirer tous ces hommes et ces femmes qui se lèvent aux aurores 12 mois sur 12 pour charger leur camion, rouler parfois pendant des heures, déballer, remplir leur stand, être de bonne humeur pendant toute la durée du marché, remballer quand c’est fini, repartir et recommencer le lendemain ou presque. C’est grâce à des gens comme Adrien, tous ces petits producteurs locaux, que les habitudes alimentaires évoluent vers plus de qualité et goût. C’est grâce à eux qu’un terroir se crée, s’élabore, année après année. C’est lent, c’est un travail de titan mais aujourd’hui quelle que soit la province de la région Atlantique que l’on traverse on peut faire de notre voyage un véritable périple gastronomique.

Et ça, c’est vraiment bien.

Voilà, c’était ma minute d’hommage aux fermiers, producteurs et éleveurs.

Je vous préviens, Il y en aura d’autres !

En attendant, si vous ne connaissez pas déjà les produits de la Ferme du Diamant, il est grand temps de combler cette lacune et si vous êtes déjà clients : continuez comme ça et faites goûter autour de vous. Au fait, on vous a dit que le foie gras c’était du bon gras ? celui là, on peut !

 

 

 

 

One comment

Qu'en pensez vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :