Skip to main content

On le répète souvent: les îles Saint-Pierre et Miquelon sont de bien petites îles! Reste que leur histoire et leur patrimoine sont inversement proportionnels à leur taille, justement! Pour s’en rendre compte, il suffit de se rendre sur le Web à la découverte des milliers de documents historiques et culturels patiemment et amoureusement répertoriés par deux passionnés de l’archipel.

grandcolombier.com

Marc Cormier

Quoi de mieux qu’un millénaire tout neuf pour fonder un site internet! C’est en 2000 que Marc Cormier, enfant de l’archipel, installé en Ontario, reprend un concept déjà existant (depuis 1993) et dépose le nom du site grandcolombier.com.

Pourquoi Grand Colombier? en l’honneur d’une minuscule île située en face de Saint-Pierre et de l’Île aux Marins, endroit incontournable de toute circulation maritime et résidence  d’une colonie de macareux.

Le nom est intrigant pour ceux qui ne connaissent pas nos îles et une sorte de nom de code pour toute personne avisée.

Des débuts compliqués

Saint-Pierre er Miquelon

 

Au début, le site se veut encyclopédique « à vocation culturelle, scientifique et historique en relation avec les îles Saint-Pierre et Miquelon » et comporte un forum de discussion. Très vite, le forum devient ingérable, une situation qui « annonce avec une décennie d’avance les problèmes universels des réseaux sociaux ». L’aspect encyclopédique multi-disciplinaire est également compliqué à gérer.

En 2008, Marc Cormier décide de fermer définitivement le forum. En plus, il décide que dorénavant, grandcolombier.com se consacrera exclusivement à l’histoire de l’archipel. Rien que pour cette année-là, 200 articles et documents sont ajoutés au site.

En 2009, pour pouvoir rejoindre encore plus de lecteurs et incorporer d’autres documents, grandcolombier.com crée une section en langue anglaise.

En 2020, grandcolombier.com compte plus de 3000 articles sur l’histoire de Saint-Pierre et Miquelon.

La bibliographie

Miquelon

Roger Etcheberry

En 2003, un Miquelonnais passionné se joint au travail du fondateur de grandcolombier.com.

Roger Etcheberry lance une section « bibliographie de Saint-Pierre et Miquelon » pour répertorier « tout ce qui parle ou tout ce qui cite Saint-Pierre et Miquelon. »

Tous les sujets y sont traités et pas seulement l’histoire.

Rien d’étonnant: Roger Etcheberry est un passionné de nature, de faune, de flore. Il y consacre ses loisirs et, depuis sa retraite, une grande partie de son temps. Et une passion, on le sait, mène souvent à une autre.

C’est en faisant de la recherche de données sur la nature dans l’archipel que j’ai eu l’idée de la bibliographie

Les sources

Carte de Saint-Pierre et Miquelon

Roger a d’abord consulté beaucoup de bibliographies existantes, dans les ouvrages de Aubert De la Rüe, par exemple.

Il a ensuite consulté et lu tout ce qui était disponible sur les sites de l’Arche Musée et Archives de l’archipel.

Il a aussi consulté le Centre des études terre-neuviennes de la bibliothèque de l’Université Memorial, à Terre-Neuve. C’est là d’ailleurs que se cache une extraordinaire collection de livres rares et de collections d’articles et de documents sur Saint-Pierre et Miquelon.

Suivirent des sites comme Gallica qui offrent des documents anciens numérisés et consultables, comme cette carte de l’archipel dressée par Bellin au XVIIIème siècle.

Et puis, il reste encore tout ce qui est consultable sur le Web, une source inépuisable!

  • En 2013, devant l’ampleur du travail, la bibliographie gagne sa propre section au sein du site principal
  • En 2021, la bibliographie de Roger Etcheberry franchit la barre des 3000 éléments.

Comment ça marche

Roger Etcheberry s’empresse de le préciser: la bibliographie, en elle-même, ne fournit pas le contenu de la référence, mais elle vous dit d’où elle vient et comment la trouver.

Elle agit, en fait, comme n’importe quelle bibliographie à la fin d’un ouvrage, pour vous aider à aller plus loin, à consulter d’autres sources, ou comme le dit la page d’accueil:

cette bibliographie reste le document de référence pour tous ceux et celles qui souhaitent effectuer des recherches sur l’histoire, la géographie et la culture des îles Saint-Pierre et Miquelon.

Bien sûr, la bibliographie comprend un moteur de recherche pour raffiner les sujets et, parfois, si une référence comprend un accès au contenu, vous le trouverez sur le site principal de grandcolombier.com où vous pourrez le consulter à votre aise.

Le site principal de grandcolombier.com offre, lui aussi, son propre moteur de recherche, voilà donc deux outils bien utiles mis à votre disposition.

Ce qu’on y trouve

L’œil de Roger est partout: thèses doctorales, compte-rendu de fonctionnaires en mission dans l’archipel, articles de journaux de France, du Québec et d’ailleurs, rapports associatifs, nouvelles publications, travaux de chercheurs sur la flore, la faune, la géologie des îles, les champignons, les papillons, tout ce que vous aviez toujours voulu trouver sur les îles, sont là!

C’est un travail soutenu, quotidien, comme un grand jeu de piste dont Roger, bientôt 77 ans , ne se fatigue pas, même s’il insiste qu’il n’a pas reçu de formation formelle pour effectuer ce travail, si ce n’est que la vie lui a enseigné à apprendre.

Quand il trouve une nouvelle source d’information, c’est le bonheur! Et comme on connaît bien sa passion, dans l’archipel et ailleurs, les gens lui envoient de nouvelles références qu’il va fouiller avec délectation, pour ensuite consigner tous les détails dans la bibliographie.

Quelques perles:

  • Un essai sur l’intérêt touristique des îles, datant de … 1933
  • « Enterrez ça!!« , un éditorial de 1932 dans le Combattant du Gers, prônant l’abandon de l’archipel par la France
  • À chacun sa muse: la mouvance artistique à Saint-Pierre et Miquelon, publié par l’Université Laval, 2004
  • Algues marines des îles Saint-Pierre et Miquelon dans le Naturaliste Canadien, 1947

Ou encore, une des références sans doute les plus insolites:

  • Instruction, sur la manière de préparer les Rogues de morue et de maquereau, employées comme amorces dans la pêche de la sardine, qui date de 1817!

La recherche vous intéresse?

Tout cela pour vous dire que, peu importe votre sujet, pourvu qu’il implique Saint-Pierre et Miquelon, la bibliographie vous sera d’une grande aide.

 

Et, pour terminer, de la part de Roger Etcheberry, un petit conseil de chercheur aguerri qui vous épargnera bien du temps si vous faites des recherches sur l’archipel:

Dans un moteur de recherche, entrez Miquelon, plutôt que Saint-Pierre: il y a très peu de « Miquelon » mais beaucoup, beaucoup de « Saint-Pierre »

(Vous utilisez Pinterest? Merci d’épingler)

Françoise Enguehard

Françoise Enguehard

Native de Saint-Pierre et Miquelon, Françoise est établie à Saint-Jean de Terre-Neuve depuis plus de quarante ans. Journaliste (anciennement à Radio-Canada, aujourd’hui chroniqueuse pour l’Acadie Nouvelle) , auteure reconnue, bénévole de la communauté francophone de l’Atlantique (Présidente de la Société Nationale de l’Acadie de 2006 à 2012 et de la Fondation Nationale de l’Acadie depuis 2014), elle connaît intimement la région de l’Heure de l’Est, ses gens et les défis qu’ils relèvent au quotidien. Femme d’affaires, elle dirige VIVAT Communications, une firme spécialisée dans la traduction et les communications.

1 commentaire

  • Roger Etcheberry dit :

    Merci à Françoise pour ce bel article, et merci à Marc Cormier pour son travail sur l’histoire de nos îles, en particulier la cartographie.
    Un détail à préciser, Lorsque vous faites des recherches sur la bibliographie, vous pouvez savoir quels ouvrages se trouvent dans les bibliothèques de Saint-Pierre et de Miquelon en tapant tout simplement :  » BMSP  » pour St-Pierre et  » BMM » pour Miquelon.
    En ce qui concerne les documents présents à l ‘Arche, le travail n’est pas terminé.

Répondre

Saint-Pierre et Miquelon virtuel

Toute recherche sur l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon passe par deux outils virtuels d'envergure menés par deux passionnés