Chargement en cours…
Laurie Robichaud

L’enseignement de l’histoire de l’Acadie en ligne

La stèle acadienne
La stèle de l’Odyssée Acadienne de Miquelon, place des Ardilliers

Je connais bien Laurie Robichaud. Depuis le 31 octobre 1999 exactement.  Nous avions joint ce jour-là le comité de décoration de notre paroisse.  Laurie enseigne depuis le début des années 1990 à la Polyvalente W.-A.-Losier, principalement le français, puis l’histoire du Canada.  Il est maintenant enseignant de cours en ligne, dont celui sur l’histoire de l’Acadie.

Dans les milieux muséaux ou patrimoniaux, on entend souvent que l’histoire de l’Acadie n’est pas assez enseignée dans nos écoles.  Je crois plutôt que les intervenants dans ces milieux ignorent à quel point le système éducationnel a changé et qu’au contraire, l’histoire de l’Acadie et la culture acadienne sont présentes plus que jamais dans nos écoles tant physiques et virtuelles. 

De fil en aiguille …

Laurie Robichaud est de ceux qui transmettent leur passion pour l’histoire de l’Acadie aux élèves du secondaires du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.  Après ses années en classe, c’est en janvier 2005 qu’il devient enseignant de cours en ligne d’histoire de l’Acadie et de Droit canadien.  Le ministère de l’Éducation avait développé ces cours comme choix optionnels aux élèves du secondaire.  Ces cours s’offraient en ligne pour permettre aux élèves des écoles moins populeuses d’accéder à ce genre de cours.  Dans les premières années, Laurie alternait ses semestres entre la salle de classe et la classe virtuelle.  Toutefois, le cours d’histoire de l’Acadie est devenu tellement populaire qu’il est maintenant enseigné lors des deux semestres. 

enseignant de cours en ligne
Un enseignement depuis la maison

Présentement, Laurie enseigne à près de 70 élèves de 22 écoles du Nouveau-Brunswick et une école de l’Île-du-Prince-Édouard.  Étant donné que chacune de ces écoles ont une horaire de classe différente, Laurie doit être disponible en tout temps, car les élèves se connectent à différents moments de la journée.  Le cours est offert par liste d’objectifs à remplir.  Par exemple, lorsqu’un élève remet un travail, c’est seulement après avoir remis sa copie qu’il a accès au corrigé.  Les élèves réalisent aussi des travaux en groupe de deux dans des salles virtuelles et Laurie s’assure de créer des groupes d’élèves de différentes écoles.  Par exemple, un élève de Caraquet peut se retrouver avec quelqu’un de Dieppe, de Grand-Sault ou de Saint-Jean.  Laurie est donc là pour répondre aux questions et diriger les travaux et non pour faire de l’enseignement magistral.

Des cours d’histoire en lien avec l’actualité

Au moins une fois par semaine, les élèves font ce qu’ils appellent un séminaire, c’est-à-dire une discussion sur un sujet d’actualité afin de comprendre les éléments historiques qui ont mené à cette situation.  Au fond, ils se disent qu’est-ce que l’histoire peut apporter pour expliquer cette situation.  Au début de cette année, les élèves ont étudié les événements concernant la grève étudiante de 1968 à l’Université de Moncton et l’affaire de la tête de cochon présentée au maire de Moncton dans le cadre du 50e anniversaire de cette épisode de l’histoire de l’Acadie.  Ils ont étudié les causes de cette grève ainsi que d’autres manifestations, dont celles à Caraquet vers 2003-2005 pour la réouverture de l’hôpital L’Enfant-Jésus et celles de 2018 contre le « trou noir» de l’assurance-chômage.      

Pour Laurie, l’histoire est une matière dans laquelle tout le monde peut s’accrocher parce que nous avons tous une histoire personnelle.  Nous sommes aussi tous curieux de nature et dans ce cours, les élèves se passionnent pour connaître le vécu de leurs ancêtres.

Un enseignant de cours en ligne passionné

Laurie avait apprécié son expérience en salle de classe au début de sa carrière, mais il adore son métier d’enseignant de cours en ligne.  Aujourd’hui, il enseigne à partir de sa maison ce qui présente beaucoup d’avantages sur la forme pédagogique.  Étant donné qu’il n’est pas en classe, il n’a pas à gérer les retards des élèves, il n’y a pas de cloches ou de période fixes et il n’a pas de discipline à faire.  L’école virtuelle est donc très différente de l’école avec des classes et permet à l’enseignant de se dévouer qu’à son enseignement. 

 

One comment

Qu'en pensez vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :