Chargement en cours…
Chocolaterie syrienne

Du chocolat pour la paix

Qu’y a-t-il en commun entre la ville de Damas en Syrie et celle d’Antigonish en Nouvelle-Écosse? “Rien du tout” me direz-vous”: Damas est une capitale avec une population, en 2010 (avant la guerre), de près de 2 millions d’habitants. Antigonish est une petite ville de Nouvelle-Écosse de 4 364 habitants (2016) où on ne connaît ni le bruit des bombes ni celui des fusils mitrailleurs. Et pourtant… ces deux localités sont liées par la même chocolaterie syrienne. Laissez-moi vous présenter la famille Hadhad.

Chocolatier syrien
Famille Hadhad

À ma droite, le père Isam, ingénieur (génie civil) de son état mais aussi chocolatier à Damas et, à ma gauche, son fils, Tareq, formé pour le monde médical et maintenant gérant de chocolaterie. Plus tard, vous rencontrerez la fille, Ala, qui gère la boutique. Fin 2012, une bombe détruit leur grande chocolaterie en Syrie, puis quelques mois plus tard c’est au tour de leur bâtiment appartement de partir en fumée. Rapidement, cette famille de toutes évidences très aisée, se retrouve sur la route de l’exil. “Si on nous avait dit quelques années plus tôt que la guerre viendrait nous frapper, on aurait tous rigolé”, m’explique Tareq. Et pourtant, début 2013, après un voyage qui les aura littéralement dépouillés de tous leurs biens, ils arrivent au Liban et s’installent dans un camp de réfugiés. Ils y resteront 3 ans (vous avez bien lu, 3 ans!) au bord du désespoir, à tel point que les parents envisagent même de tenter la traversée vers la Grèce avec passeurs et canots de fortune. Le fils Tareq, qui a réussi à s’assurer que la famille de 7 personnes soit inscrite sur la liste des réfugiés admissibles au Canada, prône la patience.

Chocolaterie syrienne
Antigonish, NÉ

Pendant ce temps, à des milliers de kilomètres de là, à Antigonish, petite ville universitaire de Nouvelle-Écosse, des gens s’inquiètent de la situation en Syrie et du sort des réfugiés lancés sur les routes de l’exil. Ils sont instituteurs, professeurs, avocats ou médecins et décident de fonder un groupe privé pour parrainer des réfugiés. Ils prennent le nom de S.A.F.E (Syria-Antigonish-Families-Embrace). Ils réunissent les fonds exigés par le gouvernement canadien, remplissent tous les papiers, prouvent qu’ils ont de quoi loger, nourrir, aider et soutenir (pendant quelques années,) les réfugiés qu’ils souhaitent accueillir. Ils attendent, eux aussi.

Enfin, en décembre 2015, les dossiers sont prêts: le groupe SAFE apprend qu’il recevra la famille Hadhad. Tareq prend la route d’Antigonish, le reste de la famille suit le 7 janvier 2016. Ils n’ont aucune idée d’où ils vont, les néo-écossais ne connaissent rien ou presque ce ceux et celles qu’ils accueillent pourtant à bras ouverts. Très vite, les Hadhad (entrepreneurs un jour entrepreneurs toujours), cherchent à contribuer à l’essor de leur ville: ainsi naît la chocolaterie Peace by Chocolate ou, si vous préférez “Chocolat pour la paix”.

chocolaterie syrienne
Boîte de chocolat

Qu’est-ce que la paix vient faire dans le chocolat? Tareq est franc: “ça nous donne un produit différent et unique mais c’est aussi une façon de revenir sur ce qui est, aujourd’hui, pour notre famille une évidence: sans paix il n’y a pas de vie possible,  sans paix on ne peut pas bâtir une famille ou un foyer. Et c’est bien grâce à un élan de paix de la part de SAFE que nous sommes ici.”

Peace by Chocolate affiche donc fièrement son message: toutes les boîtes de chocolat affichent le mot “paix” en langues différentes. Les barres de chocolat au lait noisettes affichent le mot “paix” en français, anglais, arabe, punjabi et, depuis le 3 mai 2018, en Mi’kmaq. La chocolaterie affiche aussi ses valeurs en utilisant exclusivement du chocolat issu du commerce équitable.

Chocolaterie syrienne
Boîtes de chocolat

La famille Hadhad voulait repayer l’élan de générosité qui les a menés au Canada et plus particulièrement en Nouvelle-Écosse. C’est chose faite. Depuis l’ouverture de la chocolaterie en août 2016, le chiffre d’affaires a été multiplié par 20! Il y avait un employé à l’ouverture, il y en a 15 aujourd’hui (emplois permanents et à temps plein). En 2017, aux alentours de Noël, il a fallu 35 employés; ils seront 45, minimum, ce Noël dans un laboratoire flambant neuf sur les hauteurs d’Antigonish.

C’est qu’il faut répondre aux commandes sans cesse croissantes: fournir les supermarchés Sobeys de l’Atlantique (et maintenant de l’Ontario) qui vendent leurs chocolats depuis le tout début. Il faut aussi répondre aux commandes en ligne et à la demande locale.

chocolaterie syrienne
La boutique

Au centre- ville, la famille garde la minuscule boutique où tout a commencé. À peine plus grande qu’une remise de jardin, c’est le fief de Ala et de sa mère qui accueillent les locaux et les visiteurs qui s’y pressent. La chocolaterie familiale est même devenue une attraction touristique: l’an dernier,  plus de 10 000 touristes américains sont venus visiter Peace by Chocolate; “ils cherchent un peu d’espoir” me dit Tareq le plus sérieusement du monde. La compagnie a fait l’objet de quelque 500 reportages, documentaires ou articles dans les médias du monde entier. Tareq, excellent communicateur, propose d’ailleurs des services très prisés de conférencier. 

chocolaterie syrienne
Un T-shirt pour la paix

 

Tout laisse donc présager un très bel avenir à la famille Hadhad qui n’oubliera jamais que c’est grâce à un élan d’amour de purs étrangers que leur grande chocolaterie syrienne a repris vie dans une petite ville de Nouvelle-Écosse.

Quant au groupe SAFE, son travail ne s’arrête pas à cette histoire à succès, bien au contraire: le groupe a déjà parrainé trois autres familles syriennes et s’apprête à en accueillir deux autres.

(Note: le site web et les produits promotionnels de la chocolaterie ne sont disponibles qu’en anglais, pour l’instant.)

 

 

 

 

 

 

Chocolatier Peace By Chocolate, Antigonish, NÉ

 

Qu'en pensez vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :